1594 offres de formation
Lancer une recherche
Accueil > Conseils Formation > Comment devenir maître d’oeuvre

Comment devenir maître d’oeuvre

Toute l’importance du rôle du maître d’oeuvre dans le secteur de la construction et de la rénovation repose sur le fait qu’il est le coordinateur du chantier. Il est directement sous les ordres du maître d’ouvrage, à savoir le client. Dans certains cas, la maîtrise d’oeuvre et la maîtrise d’ouvrage seront deux missions endossées par la même personne, ce sont toutefois deux terminologies du BTP distinctes pour lesquelles les professionnels doivent identifier les différences. Comment devenir maître d’oeuvre en suivant une formation ?


Les qualités nécessaires

Une organisation méthodique est indispensable pour exercer les missions propres à ce secteur d’activité et être à même de répondre à une offre d’emploi de maître d’oeuvre. Rigueur et ponctualité seront des éléments nécessaires afin d’assurer la qualité du chantier et de garantir au client le respect des délais et du budget de son projet.
 
De plus, le maître d’oeuvre est minutieux et observateur afin de pouvoir coordonner au mieux les différentes activités du chantier. Polyvalent, il connaît les différents corps de métier et leur rôle. Il sait très bien gérer son stress et résoudre les conflits pouvant émerger entre les intervenants, avec un fournisseur ou avec le client afin que le chantier se déroule dans les meilleures conditions possibles.
Le maître d’oeuvre est quelqu’un qui sait prendre ses responsabilités et les assumer. En effet, il est responsable, sur le plan technique, de la qualité de l’ouvrage livré au client. Pour cela, il procèdera à des vérifications régulières de la qualité du travail produit par les acteurs du BTP présents sur le chantier.
La réactivité est également de mise pour exercer ce rôle qui exige de réelles capacités de gestion et de pilotage.
 

Le rôle du maître d’oeuvre

Pour bien appréhender un chantier, il est important de comprendre la différence entre le maître d’oeuvre et le maître d’ouvrage. Ainsi, le maître d’oeuvre travaille généralement pour le maître d’ouvrage qui sera son client. Toutefois, les deux fonctions peuvent être prises en charge par une seule et même personne, d’où la difficulté de distinction.
Le maître d’oeuvre s’occupe de la conception du projet de son client. Il peut être :
  • un artisan ;
  • une entreprise du BTP ;
  • un architecte ;
  • un bureau d’études.
 
Lors de la conception du projet de son client, les principaux rôles du maître d’oeuvre sont :
  • de s’occuper du suivi des travaux ;
  • d’assurer la coordination des différents intervenants sur le chantier ;
  • de s’assurer du respect des délais signés lors du devis ;
  • ainsi que du respect du budget prévu.
 
Le maître d’oeuvre aide le maître d’ouvrage dans son choix d’intervenants sur le chantier. En effet, le maître d’oeuvre est un professionnel du BTP qui bénéficie de l’expertise et des compétences techniques dans le secteur du bâtiment indispensables pour déterminer les besoins de prestataires. Et surtout, il dispose du carnet d’adresses qui lui sera indispensable pour répondre au besoin de son client.
Attention toutefois, même si le maître d’ouvrage lui demande ses propositions d’artisans ou d’entreprises, il peut très bien choisir d’autres prestataires en définitive.
 
Autre rôle assuré par le maître d’oeuvre : il vérifie l’ensemble des factures émises par les différents intervenants du chantier avant de les remettre au maître d’ouvrage qui les réglera.
 
En termes d’assurance, le maître d’oeuvre doit bénéficier d’une responsabilité civile décennale. Il lui est également conseillé de disposer d’une responsabilité civile générale. Ces deux assurances lui permettront de se protéger de tout litige portant sur la conformité des travaux. Elles fonctionnent aussi bien envers les différents intervenants du chantier qu’envers le client.
 
Lors de la livraison de l’ouvrage, le maître d’oeuvre doit être présent.
 

Le salaire et les débouchés

En tant qu’architecte, le maître d’oeuvre travaillera dans un cabinet d’architecture, dans un bureau d’études ou dans tout autre type d’entreprise du BTP. Le maître d’oeuvre pourra également exercer un autre métier du BTP et travailler dans le secteur public comme privé. Les perspectives de cet emploi sont intéressantes puisque tout chantier nécessite la désignation d’un maître d’oeuvre.
 
Lorsque le maître d’oeuvre est un architecte ou un bureau d’études, son salaire brut initial en début de carrière, sera de 26 000 € par an. Ensuite, le salaire évoluera de la manière suivante :
  • 25 000 € à partir de 3 ans d’expérience ;
  • 28 600 € à partir de 5 ans d’expérience ;
  • 35 000 € à partir de 10 ans d’expérience.
 
Lorsque le maître d’oeuvre à un profil de technicien, il débutera sa carrière avec un salaire avoisinant 22 000 € par an. S’il bénéficie d’un poste d’ingénieur, il pourra espérer commencer avec 35 000 € par an, moyennant son expérience dans le secteur du BTP.
 
Une évolution de carrière pour le maître d’oeuvre consiste à acquérir encore davantage de responsabilités. Pour cela, après plusieurs années d’expérience, il pourra créer sa propre entreprise spécialisée dans la maîtrise d’oeuvre, par exemple.
 

Quelle formation pour se former ou se reconvertir ?

Aucune formation n’est obligatoire pour exercer la fonction de maître d’oeuvre. Toutefois, seront obligatoires les formations permettant aux professionnels d’atteindre leur poste d’architecte, par exemple. Ainsi, selon l’activité de cet acteur du BTP, différents diplômes lui seront nécessaires comme :
  • un BTS économie de la construction ;
  • un diplôme d’ingénieur travaux ;
  • un diplôme obtenu dans une école de commerce, etc.
 
Pour se former ou se reconvertir à la maîtrise d’oeuvre, tout professionnel du BTP peut suivre un certain nombre de formations, certifiantes ou non, afin d’obtenir les connaissances nécessaires à la conduite de travaux. Voici des thématiques intéressantes vers lesquelles s’orienter :
  • la gestion des marchés de maîtrise d’oeuvre ;
  • la conduite d’une opération de travaux en bâtiment ;
  • comprendre et identifier le cadre juridique d’un chantier ;
  • connaître les différents acteurs d’un chantier ;
  • maîtriser toutes les règlementations actuelles, comme la réglementation thermique 2012 (RT 2012) ;
  • la mise en place des accès sur chantier, etc.

lettre
Inscrivez-vous à la newsletter
et recevez les dossiers formations
Envoyer
-