Immobilier, Construction, Architecture et Environnement
1129 offres de formation
Lancer une recherche
Accueil > Conseils Formation > Comment devenir conducteur d’engins

Comment devenir conducteur d’engins

Pour devenir conducteur d’engins ou pour se reconvertir à ce métier du BTP, il est possible de suivre différentes formations plus ou moins longues. Il est notamment possible de passer différents CACES de catégorie 1 à 10 permettant d’obtenir une habilitation de 10 ans à conduire certains engins de chantier. D’autres formations permettront, elles, d’acquérir des connaissances règlementaires ou encore des compétences relatives aux constructions parasismiques, etc.

Sélection d'organismes de formation

Les qualités nécessaires

Pour conduire des engins, mais aussi pour s’occuper de leur inspection avant usage et de leur entretien afin de maintenir leur bon fonctionnement, le conducteur d’engins doit disposer de bonnes connaissances en mécanique. Il doit également disposer des compétences nécessaires à la conduite de différents engins. Ces certificats de compétences seront à renouveler plusieurs fois au cours de sa carrière.
Le conducteur d’engins doit être une personne attentive et méticuleuse. Afin d’éviter les accidents sur le chantier, il doit faire preuve d’un excellent sens de l’observation afin de ne pas mettre en danger ses collègues ou des prestataires extérieures intervenant sur le même chantier de manière simultanée. Pour cette même raison, le conducteur d’engins doit être en mesure d’apprécier les distances et les reliefs pour faire des manoeuvres précises.
Le conducteur d’engins doit avoir de bons réflexes et faire preuve de sang-froid. Il doit être disponible et mobile puisqu’il est amené à se déplacer sur différents chantiers tout au long de l’année.
 

Le rôle du conducteur d’engins

Au quotidien, le conducteur d’engins s'occupe de piloter différents types d’engins pour des travaux publics ou sur des chantiers de petites ou grandes envergures. Selon les engins qu’il sera amené à conduire, le professionnel sera exposé à des risques plus ou moins importants de chute, de blessure, d’électrocution et de certaines substances chimiques lors de l’entretien des engins.
Différents niveaux de certification lui permettent d’obtenir l’habilitation à conduire différents types d’engins comme les grues, les rouleaux compresseurs ou encore des niveleuses et des pelleteuses. Avant et après utilisation, le conducteur d’engins doit vérifier l’état des machines qu’il conduit afin de garantir un niveau de sécurité maximal sur le chantier, pour lui et pour les autres intervenants. Toute anomalie détectée peut mettre le chantier en pause.
 

Quelle formation pour se former ou se reconvertir ?

Le parcours traditionnel pour devenir conducteur d’engins consiste à suivre un CAP et/ou un Bac Pro. D’autres formations permettent ensuite au conducteur d’engins de renouveler leur habilitation à conduire différentes catégories d’engins, ce sera notamment le cas des CACES (Certificat d'Aptitude à la Conduite d'Engins en Sécurité). Ils sont valables 10 ans et tout conducteur d’engins doit passer cette certification à nouveau une fois ce délai écoulé.
 
D’autres thématiques de formation peuvent vous intéresser pour vous former tout au long de votre carrière de conducteur d’engins, comme :
  • une formation sur les constructions parasismiques ;
  • une formation sur l’environnement réglementaire de la préparation des travaux et de leur exécution ;
  • une formation préparant au passage de l'examen AIPR (Autorisation d’Intervention à Proximité de Réseaux aériens et souterrains) ;
  • une formation permettant de savoir comment se protéger du risque de foudre ;
  • ou encore une formation sur la conduite d’engins lors de travaux urgents, etc.
 
Pour vous inscrire dans une formation longue et devenir conducteurs d’engins, nous vous conseillons d’opter pour :
  • une Licence Professionnelle en bâtiment et construction avec une spécialité en conduite de travaux pour le développement durable ;
  • un CAP Conducteurs d'engins : travaux publics carrières ;
  • ou encore CAP Constructeur de routes.
 
D’autres formations complémentaires comme des conseils pour mener une réunion efficace pour le pilotage d’un chantier peuvent vous intéresser.
 

Le salaire et les débouchés

Le conducteur d’engins peut être recruté par différentes entreprises du BTP, mais aussi au sein de collectivités pour des travaux publics. Au début de sa carrière, le conducteur d’engins touche un salaire brut initial correspondant environ à 25 600 € par an. Au fur et à mesure qu’il acquiert de l’expérience, son salaire évoluera de la manière suivante :
  • 28 000 € à partir de 3 ans d’expérience ;
  • 30 700 € à partir de 5 ans d’expérience ;
  • 34 500 € à partir de 10 ans d’expérience.
 
Le conducteur d’engins connaît plusieurs possibilités d’évolution de carrière qui dépendent principalement des chantiers et des travaux sur lesquels il a été amené à travailler. Pour évoluer dans sa carrière, le conducteur d’engins peut ainsi se diversifier dans la conduite de plusieurs types d’engins, ou, à l’inverse, se spécialiser dans un type particulier. Il peut également devenir plus polyvalent en se chargeant de l’entretien des engins ou en approfondissant ses connaissances concernant plusieurs types de chantier particulier comme les travaux maritimes, les travaux souterrains, etc.
 
Le conducteur d’engins a également la possibilité de devenir mécanicien, chef d’équipe ou encore chef de chantier.
lettre
Inscrivez-vous à la newsletter
et recevez les dossiers formations
Envoyer
-